Voir Dire/fr

From Criminal Defense Wiki
Jump to: navigation, search

Voir Dire

Contexte

Selon la constitution des États-Unis, si on est prévenu d'un fait, réprimé par une peine de prison, on a le droit à bénéficier d'un procès avec un jury populaire. De plus, le prévenu a le droit à un jury qui est impartial et libre de préjugés vers l'accusé. Cependant, il est nécessaire d'avoir un système qui prévoit le parti pris; en ce qui concerne le droit commun ce processus s'appelle "voir dire." Par définition, voir dire est la méthode de sélection du jury par lequel le juge ou les avocats posent des questions afin de traquer la partialité des jurés.

En plusieurs états et dans la plupart des cours fédérales le juge effectue voir dire. Cet article ne traite pas voir dire dans ces juridictions mais traite plutôt le processus de voir dire menée par l'avocat.

Voir Dire Comme Util de Plaidoyer

Voir Dire est parfois qu'une formalité, un moyen qui a pour but de découvrir le préjugé le plus simple. Vue de cette perspective, voir dire a l'aspect matériel, composé d'une liste de questions fermées qui mène aux réponses prévisibles. Par exemple, un avocat menant voir dire comme une formalité demanderait aux membres potentiels du jury des questions familiers comme: ont-ils déjà fait partie d'un jury, connaissent-ils les parties concernées, ont-ils entendu parler du cas actuel. De plus, les avocats qui emploient cette méthode exploitent souvent des questions d'une manière incitant les membres à ne pas donner des réponses sujettes à la controverse, ou qui entraineraient à leur expulsion. Une telle question prendrait la forme d'un suivi :«Mr. Smith, vous avez dit que votre père était inspecteur pendant trente ans. Ce n'est pas une raison d'être partiel, n'est-ce pas?» En utilisant une question fermée, l'avocat obtient une réponse «oui» ou «non» et il apprend guère la nature du partie pris contre son client. Pour être effectif, voir dire exige un résultat beaucoup plus vaste.

Pour mieux comprendre pourquoi, il est important d'examiner les éléments de la procédure de voir dire. Normalement, après que le tribunal se soit réuni, le greffier convoque les jurés dans la salle d'audience, fait prêter serment aux jurés, et appelle la liste des jurés. Le juge se présente et fournit des instructions préliminaires sur le processus au jury et explique le but de voir dire, la nature de l'affaire judiciaire, et d'autres questions. Il demande alors une série de questions fondamentales au jury et introduit les avocats.

Après cela, il permet au procureur la possibilité de poser des questions, généralement du «barreau» (la zone entre la table de l'avocat, le banc, et le jury). Lorsque le procureur a terminé, l'avocat de la défense prend son tour. Au moment où voir-dire conclut, le juge, le procureur, l'avocat de la défense, et le jury auraient tous été impliqués dans ce qui, au sens le plus efficace, constitue un dialogue ou une conversation. Vu sous cet angle, les trois objectifs de voir dire deviennent plus évidents. Premièrement, comme pour toute conversation, l'avocat de la défense devrait établir des rapports avec les jurés afin de gagner leur confiance et d'encourager un échange ouvert d'information. Cela conduit naturellement au deuxième objectif - recueillir des informations sur le jury pour permettre une utilisation efficace des révocations de la part de l'avocat, soient péremptoires ou pour une cause. Finalement, les avocats peuvent s'employer voir dire à avancer la théorie du cas.

Objectifs de Voir Dire

Créant le Rapport

Comme indiqué ci-dessus, le premier objectif de voir-dire est de créer des liens avec le jury. En d'autres termes, favoriser un environnement où les jurés ont une aisance de partager. Il faut être attentif, en plus de l'utilisation délibéré des techniques de conversation qui emploient l'empathie, le respect, et l'authenticité. Ces techniques comprennent le reflet, la clarification, et la révélation de soi:

  • Le Reflet: reflétant l'opinion d'un juré ou à l'extérieur vers legroupe peut consister à résumer la réponse d'un juré et la transformer en quelque chose que le tribunal entier peut comprendre, ou poursuivre ça d'un suivi, ou revoir l'opinion d'un juré donné plus tôt au cours de voir dire (par exemple, «Selon M. Smith, les policiers disent toujours la vérité; y'a t'il quelqu'un d'accord ou en désaccord avec cette déclaration?»).
  • Clarification: clarifier une réponse livrée par un juré («Je ne suis pas sûr de comprendre, dites-vous que...»).
  • La révélation d'une opinion implique que l'avocat partage des informations sur lui-même afin de mener la conversation «de façon exemplaire», par exemple, «tout le monde, moi y compris, a un certain type de parti prie», ou «si j'étais à votre place…"). L'idée qui se cache derrière toutes ces techniques est de montrer le respect et l'empathie envers tous les jurés, même ceux qui expriment des opinions qui les rendent inaptes à la fonction de juré. Dans la plupart des cas, l'avocat essaie d'utiliser ces opinions «négatives» à son avantage en montrant le respect et la reconnaissance des jurés et l'opinion comme une opinion valable, et ensuite essaie de trouver d'autres sur le panel qui partagent la même opinion. En utilisant les réponses négatives à son avantage et en les transformant en questions pour l'ensemble du panel, l'avocat peut transformer une seule révocation pour cause en multiples révocations pour cause.

En ce qui concerne la forme, la plupart des questions pendant voir-dire devraient être des questions ouvertes afin d'éviter une simple réponse «oui ou non.» Les avocats devraient également éviter de débattre avec les jurés ou de prendre une attitude de confrontation envers eux.

Rassembler l'Information pour une Utilisation Efficace des Révocations

Le deuxième objectif de voir dire découle logiquement de la première: l'avocat rassemble l'information pour une utilisation efficace des révocations. Une «révocation» est une directive qui interdit à un juré de participer au jury. Les révocations sont de deux types: les révocations pour cause et les révocations péremptoires.

Révocation pour Cause- Une révocation pour cause se produit quand un juré exprime une opinion ou a une condition qui lui rends inapte comme une question de droit de participer au jury dans l'affaire. Des exemples des raisons des révocations pour cause seraient une relation avec les parties, ayant formé une opinion sur la culpabilité ou de l'innocence du prévenu, des sentiments ou des croyances qui influent sur la capacité des jurés de juger les faits de manière impartiale. (Par exemple une personne qui exprime une objection religieuse de prononcer son jugement sur une autre personne, ou un juré dans une affaire de drogue qui ne croit pas que les drogues devraient être illégales et qui refuserait d'imposer une punition). En outre, un juré peut être renvoyer pour des raisons médicales qui affecteraient sa capacité à être assis durant toute la procédure ou à écouter la procédure judiciaire. Il n'y a aucune limite sur les révocations pour cause.

Révocation Péremptoire - révocations péremptoires, d'autre part,sont laissées à la discrétion des parties et peuvent être effectuées de quelque manière que les parties souhaitent. Les seules exceptions à cette règle sont la race et le sexe; selon Batson v. Kentucky, un cas de la Cour Suprême des États-Unis, le gouvernement ne peut pas révoquer les membres prospectifs du jury en raison de race ou de sexe. En dehors de cette restriction, l'avocat peut révoquer n'importe quel juré prospectif pour n'importe quelle raison. Révocations péremptoires sont toujours en nombre limité - un nombre qui varie selon la juridiction.

Utiliser les Révocations

Stratégiquement, il est dans l'intérêt du partie de l'accusé de révoquer les jurés défavorables du tableau des jurés. Toutefois, comme indiqué ci-dessus, le prévenu peut employer une révocation péremptoire contre quelques jurés potentiels au nombre de trois ou quatre. Parce que les révocations pour cause sont illimitées, il va de soi que l'avocat devrait avoir pour objectif de révoquer autant des jurés possible. Il y a de multiples moyens d'accomplir cette tâche, mais le moyen le plus efficace est de s'orienter autour des thèmes qui, sous réserve qu'ils soient pertinents au barreau, se polarisent ou qui tendent à susciter des opinions controversées. Les exemples incluent le témoignage d'un policier (si ce doit être crédité plus que ce d'une personne normale), le choix du prévenu de ne pas témoigner à son propre procès, l'association d'une arrestation avec la culpabilité, les attitudes vers la charge de la preuve d'une affaire judiciaire au-delà de tout doute raisonnable, et les attitudes à l'égard des points sensibles misent en exergue dans l'affaire (par exemple l'usage de drogues, abus sexuels, un manque de respect / agression envers les forces de l'ordre, l'obscénité, etc). Si par exemple un membre du jury a déclaré qu'il suppose la culpabilité à cause d'une arrestation, l'avocat voudrait clarifier sa réponse, puis l'ouvrir au reste du panel de discussion. Ainsi, il est souhaité que d'autres qui partent cette opinion prendraient la parole, et les avocats auraient des raisons de révoquer pour cause ces jurés défavorables.

Plutôt que la révocation des jurés, la cour tente souvent d'une réhabilitation de l'individu. Ceci dépend de la capacité du juré de mettre de côté son opinion et suivre la loi. Souvent, le juge ou le procureur le fera en posant une série de questions suggestives. Dans ce cas, le procureur doit considérer l'objection. L'avocat doit également anticiper les tentatives de réhabilitation de jurés, et poser des questions d'une manière qui rend les tentatives pour réhabiliter inefficaces.

Communication de la version des faits défendue

Le dernier but de voir dire c'est d'avancer une théorie du défense. La théorie donne une explication légale pourquoi le prévenu n'a pas commit les faits reproches. Par exemple dans le cas d'un trafic de stupéfiants, une théorie de défense peut consister à soutenir que les drogues appartiennent a un seul des co-prevenus. D'autre part, le thème de l'affaire peut être vu comme un argumentaire de vente; les mots ou expressions qui définissent ou caractérisent la théorie de façon marquante. En considérant le même exemple du cas des drogues, un thème peut être "c'est du travail bâclé d'un fonctionnaire de base" ou "un sur trois peut être bon pour un jeu de baseball, mais ce n'est pas suffisant pour la loi."

Même si la procédure de "voir dire " n'est pas le moment ou l'avocat soutient sa plaidoirie , elle peut cependant être l'occasion pour lui de faire valoir une théorie de défense. Par exemple, avant de poser une série de questions, l'avocat pourrait préfacer, ou "titre " les questions en disant, "le cas aujourd'hui, c'est la possession des drogues, et je sais que beaucoup de gens ont des sentiments/pensées forts en en concernant (lorsqu'il les s'agit.) et si elles devraient être illégales." De cette manière, l'avocat introduit un élément de l'affaire, et laisse entendre que la poursuite des crimes de drogue est controversée. Un autre exemple pourrait venir dans une affaire mettant en cause l'identification par témoin oculaire: «Certaines personnes pensent que la mémoire est comme une caméra. Les autres croient que la mémoire peut être défectueux, et qu'il est possible d'être tromper de bonne foi.' Lequel décrit le mieux vos sentiments sur/de la mémoire?» En introduisant les thèmes de la mémoire et erreur de bonne foi / sincères, l'avocat suggère au jury que l'affaire implique une identification erronée de la part du défense / de la plaidoirie, tout en apprenant l'attitude du jury à l'égard de la question.


Procès

Globe3.png English  • français • русский